Fidèles du Temple

28/02/2014

501 寿司の戦い ("501 SUSHI NO TATAKAI" : "501 LA BATAILLE POUR LES SUSHI") UN SCENARIO PERSO POUR INFINITY ^^

Bonjour mes Chers Lecteurs ^^



Comme je vous l'avais annoncé, il y a un petit moment, j'ai imaginé un petit scénario tout spécialement pour mettre en scène le pion objectif perso que je me suis fabriqué (voir ICI) pour mes figs infinity. J'ai été Maître de Jeu à L5A pendant 15 ans mais honnêtement je crois que c'est la toute première fois que j'écris un scénario pour un jeu de figurines... Je vous demanderai donc votre indulgence si jamais ma proposition ne vous satisfait pas ^^'

J'ai repris la codification des scénarii de Corvus Belli issue du supplément "Campaign Paradiso". Comme la codification s'arrète à la section "400", j'inaugure donc la section libre "500" ^^. Dans un souci de clarté, j'ai repris aussi la même présentation.


INTRODUCTION


Les rivalités et la compétition des régiments au sein des armées de l'univers ont de tous temps existé et ont toujours été encouragés par les états-majors afin de favoriser les émulations et pousser les effectifs à se dépasser par un emploi judicieux de récompenses telles que prestiges, permissions spéciales, primes additionnelles lors des remises de la solde... L'Armée Sectorielle Japonaise ne fait pas exception mais elle s'y adonne "à la façon japonaise".

Héritière en droite ligne des Samurai, ces guerriers de légende qui suivaient l'ancien code de l'honneur du Bushido et de l'Hagakure, l'Armée Sectorielle Japonaise enseigne à ses effectifs à fuir tout matérialisme et toute recherche d'illusions telles que les titres ronflants, les décorations brillantes... Bref tout ce qui n'a aucune importance sur le champ de bataille lorsque vous faites face à votre ennemi en le regardant dans le blanc des yeux. Seule l'honneur et la satisfaction de savoir la mission accomplie au-delà des attentes doivent primer sur tout le reste : la traduction littérale de "Samurai" est "Celui qui sert".

Cependant, pour autant que les soldats de l'Armée Sectorielle Japonaise soient conditionnés à repousser sans cesse leurs limites en faisant peu de cas de leur propre vie au combat, ils n'en sont pas moins humains et il arrive parfois que certains facteurs plus "pratiques" soient une meilleure motivation à atteindre la perfection guerrière plutôt que de simples exhortations et privations.

De façon tout à fait paradoxale (et le Japon est la terre des paradoxes par excellence), la meilleure illustration de cette ambiguité est survenue lors du Grand Gala Annuel de l'Armée Sectorielle Japonaise, dans la dixième année de l'ère Ryû (soit la dixième année du règne de l'Empereur Godaigo et en l'an 2197 selon la datation officielle de la Sphère). Lors de ce banquet, qui réunit traditionnellement tout le gratin des états-majors japonais, des officiels civils japonais et quelques gaijin triés sur le volet en présence de l'Empereur, il arrive que certains convives, à l'image des seigneurs de guerre féodaux, tentent d'augmenter leur prestige par toutes sortes de bravades et de vantardises au travers de concours de Haiku (dont le thème se rapporte systématiquement à l'honneur et la guerre), d'épreuves de force comme des démonstrations de maîtrise de kenjutsu ou de kyûjustu... Disons que les vieilles rivalités ne cessent jamais, mais sont davantage enveloppées de politesse et de courtoisie lors d'un tel événement.

Cette année là, l'un des dirigeants du Clan Suwa (l'un des Clans japonais les plus anciens et les plus renommés), le Lieutenant Suwa Goemon, s'est publiquement vanté que ses hommes étaient les plus rapides, les plus terribles et les plus efficaces sur le champ de bataille. Le principal rival du Clan Suwa, le Clan Mori, représenté par le Colonel Mori Ranmaru, a vu l'occasion de pouvoir étendre sa réputation tout en ridiculisant le Clan Suwa devant l'Empereur. Il a alors mis le lieutenant Suwa Goemon au défi de prouver ses dires par ces mots :  

"Désignez vos meilleurs hommes et ils affronteront les nôtres ! Si ce que vous dites est vrai alors je m'engage devant cette respectable assemblée que le Clan Mori vous servira un repas digne de Notre Très Révéré Empereur. Sinon vous devrez faire amende honorable pour avoir proféré d'odieux mensonges en Sa Présence ! Acceptez vous le défi ?"

La question était purement rhétorique bien entendu et Suwa Goemon s'empressa d'accepter. Lorsqu'il ce fut agit de savoir comment les clans seraient départagés, il est dit aussi que lors des échanges verbaux, l'Empereur dégustait des sushis et ce dernier aurait alors pris la parole à son tour, toute l'assemblée faisant immédiatement silence :  

"Puisqu'un défi a été lancé et relevé en ma présence, j'en prends acte. Puisqu'il a été question de nourriture et que ces sushis sont particulièrement savoureux, pourquoi le Clan Mori n'en défendrait-il pas un plateau complet, puisqu'il est de notoriété publique que ses cuisiniers sont parmi les meilleurs à pouvoir Nous régaler de leur Art ? Le Clan Suwa tentera simplement de le lui "soustraire"... Et cela Nous fera l'occasion d'assister à une démonstration de la fine fleur de Notre armée en plus de la possibilité de déguster un bon repas"...

Un tumulte d'applaudissements empressés, de murmures et d'exclamations accueilli ces paroles car il est extrêmement rare que l'Empereur du Japon s'abaisse à s'occuper des querelles d'honneur entre Clans et les paris commencèrent à fuser sur l'éventuel vainqueur ou perdant.

Le mois qui suivit vit les Clan Suwa et Mori redoubler d'efforts pour constituer les effectifs qui s'affronteraient devant l'Empereur et Sa suite. Le septième du jour du mois du Lapin, les Clans se rencontrèrent au "Dojo des 5 roues", l'un des terrains d'entrainement les plus anciens et les plus secrets de l'Armée Sectorielle Japonaise. Conformément aux exigences de l'Empereur, un plateau de sushi digne de Lui, composé par les cuisiniers du Clan Mori à partir des ingrédients les plus rares et les plus onéreux de tout l'Empire (thon rouge "Maguro", saumon, oeufs de saumon, oursins, anguille grillée, bonite "Katsuo", poulpe, crevette...) fut déposé en plein centre du terrain.

Au signal, les guerriers des deux clans (environ une dizaine chacun) s'élancèrent. Il est dit que l'affrontement fut très rapide et d'une extrême violence, que le chef de l'unité du Clan Suwa fut décapité par un Domaru Butai du Clan Mori et que le Clan Mori perdit deux hommes, sans compter les blessés de part et d'autre... Mais 13 minutes après le signal du départ, le chef d'unité du Clan Mori déposait respectueusement le plateau de sushis aux pieds de l'Empereur et pas un grain de poussière ni une seule goutte de sang ne l'avait souillé.

Selon les souhaits de l'Empereur, les blessés furent soignés et les membres du Clan Suwa durent ce jour-là endurer stoïquement d'assurer le service de bouche pendant que L'Empereur et Ses suivants se restauraient en félicitant les représentants du Clan Mori. On dit que l'Empereur permit au Lieutenant Suwa Goemon de faire seppuku pour laver l'honneur de son Clan et que le Colonel Mori Ranmaru accepta d'être son kaishakunin. La rivalité entre les Clans Suwa et Mori n'a pas pris fin ce jour-là, au contraire elle en est ressortie encore plus exacerbée.

Depuis lors, cet événement baptisé "Sushi no tatakai" ou "la bataille pour les sushis" a été repris et popularisé dans toute l'Armée Sectorielle Japonaise. Afin d'éviter cependant une hémorragie des effectifs les plus compétents, aucun coup mortel n'est permis et l'unité perdante doit servir au vainqueur un repas composé des plus fins sushis... repas dont le prix est retenu sur la solde des perdants. Pour les militaires japonais, l'occasion de participer à un tel événement est très recherché car non seulement il s'agit d'enseigner une leçon d'humilité à l'adversaire ainsi que de se couvrir d'honneur... mais aussi d'améliorer l'ordinaire pour le moins "spartiate" des rations de nourriture.

Le succès fut tel que l'Empire de Yu-Jing, voyant là une nouvelle opportunité d'assurer la promotion de ses forces armées, en fit un show télévisé diffusé partout dans la Sphère sur le canal 229 de Maya. Les puissances étrangères sont invitées à participer et peu s'y refusent car personne ne voudrait manquer la possibilité de promouvoir ses forces armées sur la scène internationale... Et le prestige retiré est généralement à la mesure des retombées financières d'un tel spectacle.

Marie Rameaux,
Correspondante Permanente Ariadnaise à Néo-Tokyo pour NéoCanal+
"Le modernisme des traditions au Japon"
Un reportage à voir et à revoir sur Néocanal+



OBJECTIF DE MISSION


A l'image du proverbe japonais "La difficulté réside dans la facilité et inversement" les combattant des 2 camps doivent "simplement" s'emparer d'un plateau de sushis posé au centre de la table et le rapporter le plus rapidement possible dans leur zone de déploiement sans le faire tomber... Mais cette simplicité peut se révéler beaucoup plus difficile que prévue...


FORCES


Les joueurs se mettent d'accord pour élaborer des listes rigoureusement identiques (150 pts / 250 pts / 300 pts... etc etc..).

Il n'y a aucune restriction particulières autres que celles déjà prévues dans les règles, chacun est libre de jouer une armée sectorielle ou pas. Toutes les unités disponibles dans les listes choisies sont autorisées.


DEPLOIEMENT


Les règles de déploiement habituelles sont utilisées. Toutes les règles de déploiement spécial (Camo, Camo To etc etc etc...) sont autorisé. Un pion représentant le plateau de sushi, n'excédant pas un socle réglementaire de figurine humaine à pied est disposé au centre de la table de jeu.


REGLES SPECIALES DU SCENARIO


Fin de la partie :La partie s'arrête automatiquement dès qu'un joueur parvient à faire sortir le plateau de sushi avec l'une de ses figurines par son bord de table, ou il n'y a plus de sushi dans le plateau.

Fragilité des sushis : Dans ce scénario, ce n'est pas la déboite pure qui compte, c'est la rapidité. Afin de dissuader les éventuels "accro de la baston", ce n'est pas pour rien que l'Empereur du Japon avait choisi comme objectif un plat de sushi : le sushi (le vrai) est un met extrêmement délicat et fragile et cher (il n'est pas rare de payer jusqu'à 15€ voire plus au Japon pour une seule paire) qui demande beaucoup de rigueur et d'effort au chef qui le prépare. A titre d'exemple, dans certains restaurants japonais fameux et réputés, il est de coutume qu'on interdise aux novices de toucher un couteau avant 5 ans et durant cette période, les tâches ingrates (le rangement et le nettoyage complet des cuisines...) leurs sont dévolues et il leurs est demandé "d'apprendre en regardant" les chefs préparer les morceaux de poisson, les découper, cuire le riz etc etc etc... (authentique).

Une fois servi, il faut rapidement consommer le sushi car sinon il "sèche" et ses qualités gustatives s'amenuisent et se perdent. C'est pour cela qu'en général le plat est préparé devant le client afin qu'il puisse le manger immédiatement.

Pour refléter cet impératif "naturel", le pion, au début du jeu, représente toujours un nombre de sushi égal au double (les sushis sont toujours servis par paires) des effectifs les plus nombreux des joueurs (A joue avec 8 figurines et B joue avec 10 figurines ; au début du jeu, le pion représente alors 10 x 2 = 20 sushi).

Au début du tour 3, les sushi commencent à "sécher" et à chaque début de tour des joueurs, 1D3 sushi est perdu. Le décompte doit être tenu avec exactitude car si, pour une raison ou pour une autre, le nombre de sushi mangeables atteint 0 les 2 joueurs font match nul et la partie cesse immédiatement. En règle de tournoi, lorsqu'un joueur fait sortir le plateau de sushi par son bord de table, il remporte autant de points qu'il y a de sushi restant sur le plateau.

Seule des figurines de taille humaine ou équivalente (Morat...) peuvent porter le plateau de sushi les figurines plus grandes (TAG...) ne le peuvent pas (trop petit !).

ZdC du plateau de sushi : Le plateau de sushi a sa propre ZdC comme n'importe quelle figurine et n'importe quel jet (j'ai bien dit N'IMPORTE QUEL JET) dont les effets s'y déroulent ou ne font qu'y passer (ramasser le plateau, courir/se baisser avec, tirer en portant le plateau, tirer sur une fig sur le point de s'en emparer... etc etc etc...) entraine un malus de -2 qui représente les efforts déployés pour ne surtout pas impacter les sushis... Sinon 1D3 sushi sont perdus (les jets de hacking ne sont pas affectés sauf s'ils visent le porteur du plateau).

La lame plutôt que la flèche : Il sera toujours plus facile de s'emparer du plateau de sushi au corps-à-corps qu'au moyen d'un tir visant à éliminer le porteur : dans le premier cas l'adversaire tentera de le saisir s'il remporte le round (un jet simple de CC avec le malus de -2 sinon un jet d'opposition avec le malus de -2 en cas d'échec aucun sushi n'est perdu : le porteur parvient à le protéger et l'attaquant ne va pas prendre le risque de faire tomber le plateau), dans le 2e cas, le porteur risque tout simplement de renverser le plateau et de tout perdre. Si malgré tout ce 2e cas survient, procéder comme suit : 

1) en cas de réussite critique du tireur (n'oubliez pas les malus de la ZdC du plateau),et si la fig cible est éliminée, le propriétaire de la cible lance un D20 : 

- de 1à 19, c'est autant de sushi divisés par 2 qui sont perdus
- 20 tous les sushi sont perdus et le joueur qui a éliminé le porteur perd la partie (on a dit que ce n'est pas la déboite qui prime !)

2) en cas d'échec du tireur, le propriétaire de la fig cible lance un D20 :

- de 1 à 15 rien ne se passe
- de 16 à 19 c'est autant de sushi de perdus (instinctivement on sursaute et on se baisse quand les balles sifflent à vos oreilles !)
- 20 en sursautant le porteur fait tomber tous les sushi et le joueur qui a fait tirer sa fig perd la partie.


Comme vous pouvez vous en rendre compte, ce scénario favorise, une fois n'est pas coutume, le corps-à-corps (il vient du pays de l'Armée Sectorielle Japonaise, tout de même ^^) et il ne suffira pas de se planquer dans un coin et de fumer tout ce qui passe car ce serait trop facile : il va falloir prendre ses petites jambes et aller le chercher ce maudit plateau ! ^^

Qu'en pensez vous ? N'hésitez surtout pas à me faire part de vos avis/critiques/suggestions... etc etc... pour améliorer ce scénario. (Je vais également le soumettre sur le forum Infinity) ^^

Serviteur,

P.S : Si après avoir lu cet article (ce dont je vous remercie infiniment) vous êtes pris d'une soudaine envie de manger des sushi, sachez que l'un de mes objectifs secrets à été atteint et l'image suivante devrait vous aider... ou pas XD :

10 commentaires:

  1. very original and funny scenario!
    i'm not an expert in wargames (i'm an old role player), but it looks good.
    bye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you very much my Dear Luca ^^

      Maybe the next scenario would deal with a pizza or pasta with pesto XD

      Supprimer
  2. Miam, le plat de sushis imbibés du sang de tes ennemis... *o*
    Plus sérieusement, riche idée de scénario que tu as eu là! ^^ Une seule remarque, sans un être un expert en règles Infinity, les sushis ne risquent-ils pas de sécher trop rapidement? C'est pas pour faire le lourdingue hein, mais je m'imagine la frustration de l'équipe de choc qui après avoir dégommé tout un régiment en face et sacrifié quelques abattis se retrouve à se partager 2 malheureux makis à l'avocat...
    Et sinon, qu'as-tu fait de ta samouraï à tête d'eldar noire et aux doubles katanas? Je ne la retrouve pas dans tes posts actuels! :o
    Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mon Cher M ^^

      Actuellement ce scénario est abondamment discuté sur le forum Infinity car il semblerait qu'il y ait quelques lacunes à combler et de bonnes idées à y inclure.

      Dans la réalité les sushi sèchent effectivement assez vite. Dans Infinity, tu ne te sers de toute façon pas (ou alors en ORA) de toutes des figs lors de ton tour actif : en général tu dépenses la majorité de tes ordres pour 1-2 voire 3 figs pas plus. Sachant qu'en moyenne tu prends une dizaine de figs par scénario, avant de débuter le tour 3 tu as déjà environ 20 ordres de dépensés.

      Vu que c'est la vitesse qui prime sur la déboite, tu ne va pas forcément chercher à buter ceux d'en face pendant que tes sushi se dégradent... ^^

      De toute façon, quand bien même tu ne rapportes que 2-3 points, on s'en fout : tu gagnes et ton adversaire a perdu. C'est une victoire à l'honneur certes mais une victoire uand même qui s'inscrit parfaitement dans le fluff japonais : oui les meilleurs combattants se fritent pour quelques bouchées de riz, mais il faut voir plus loin (et de totue façon après, c'est l'ennemi qui paye la tournée et pas cseulement le plateau en question XD).

      Ma domaru butai féminine est là :

      http://letempledemorikun.blogspot.fr/2014/01/wip-domaru-butai-chirurgie-esthetique.html

      Bon week end mon Cher M ^^

      Supprimer
  3. Je m'en suis justement fait un gros plateau hier soir.......de sushis :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? Et j'espère qu'ils étaient bons ^^

      Supprimer
  4. Salut Morikun !
    Idée sympa, j'aime bien le côté retour aux besoins essentiels de la vie. Incapable de commenter la pertinence des règles, je passe mon tour dans ce domaine.

    Par contre, proposition d'une variante demandant sans doute plus de temps de jeu, et des règles plus complexes.

    Chaque camp à son plateau de sushis. Aller piquer celui du voisin oui, mais devoir protéger aussi le sien. Donc dilemme...
    Chacun construit alors une équipe plus offensive ou défensive grâce à des figs avec les caractéristiques ad hoc. (vitesse de déplacement, capacités de combat ...) selon un barème de points max à répartir entre les figs.

    Me suis bien éclaté (et fait éclater) à ce petit jeu dans Unreal Tournament avec la capture de drapeau, pour ceux qui connaissent ce jeu vidéo. A savoir maintenant si transposable à votre univers...
    Solo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Solo ^^

      Merci pour tes remarques mais ce scénario est encore en cours de rodage : il est abondamment discuté sur le forum Infinity et je vais y apporter quelques modifications pour le rendre plus attractif ^^

      Je connais la capture du drapeau mais j'ai voulu corser la difficulté en ne mettant qu'un drapeau au milieu et qui appartient aux deux joueurs XD

      Supprimer
  5. Excellent scénario: d'un imaginaire ludicogustatif ! Évidemment que tu donnes envie de manger des sushis .... Mais attention je te ferai remarquer qu'il y a récidive de ta part !
    Sinon si je veux l'adapter à mes Ariadna , il faut que je prévois le chevreuil ou le sanglier en croûte ?

    RépondreSupprimer
  6. Merci mon Cher Gilel ^^

    La récidive est tout à fait assumée et rien ne pourra m'en empêcher !!

    Excellente cette idée de sanglier : vous me mettrez un tonneau d'hydromel avec ça (le whisky, ça ne passe pas chez moi ^^) s'il vous plait !! XD

    RépondreSupprimer